post

3e à Madeire, ça fait un peu d’air !


Madeire. L’Atlantique, les embruns, les îles. Il fallait bien ça pour évacuer la déception du voyage au bout du monde en Australie et en Nouvelle-Zélande. Revenu en Pays Catalan, Damien s’est ressourcé, a retrouvé le plaisir de rouler sur ses sentiers habituels. Juste avant de reprendre l’avion.

Sous la pluie et dans le brouillard, les recos laissaient entrevoir une course au format qui plaisait à Damien, les spéciales étaient plutôt longues et difficiles, voire dangereuses, comme la trois.

Le samedi, quatre spéciales étaient au programme qui ont vu Damien tenir son rang aux avants-postes. 3e de la première spéciale, 3e également du deuxième chrono de la journée, il réalise le huitième temps de la troisième. Bien commencé, la première journée de course était toutefois source d’angoisse, tout au long des spéciales. La faute à une poisse suspendue comme l’épée sur la tête de Damoclès, en l’espèce, le dérailleur.

Il prend 52e place de la dernière spéciale du jour. Et fini la journée dans le haut du tableau sur la deuxième marche du podium. Le dimanche rebelote, la cinquième spéciale allait piquer, sous le soleil, pour une journée à haut risque.

Deuxième temps de la première spéciale du jour, la cinquième de la course, Damien allait voir son enthousiasme douché dans le chrono suivant, celui de son OTB de l’espace made in Burro Catalan.

Il prend finalement la 39e place de cette sixième spéciale puis la 18e et la 7e des deux suivantes. Averti par Jérôme de son classement, Damien était alors troisième au départ du dernier chrono du jour, il préférait assurer pour contenir l’envie retrouvée de Jared Graves et l’ambition de Sam Hill pour remonter sur la boîte et prendre la troisième place de la manche.

Le prochain rendez-vous c’est le week-end prochain en Irlande. Damien avait terminé 6e l’an passé sur les trails chéris de Callaghan, vainqueur finalement à Madeire. Il sera difficile d’aller le chercher en espérant que d’ici là, le poignet douloureux à la suite de chute à Madeire cessera de lancer !

Au général, même si c’est un classement a priori fort compromis pour la saison, Damien pointe à la 21e place avec 580 points au terme des trois premières manches.

post

Madère pour se refaire

Loin au classement général, Damien compte sur Madère pour revenir dans la partie. Avant de s’envoler pour la troisième manche de cette saison d’Enduro World Series, il faut le point. Et revient sur les deux premières manches funestes. « En Tasmanie, je n’avais pas de watts On avait passé huit heures sous la pluie à Rotorua, ça m’a pas mal entamé et je n’ai pas vraiment réussi à m’en remettre. Je ne suis pas parvenu à m’entraîner, je suis arrivé très fatigué le jour de la course. » Compte tenu du format de cette manche, l’affaire était dès lors bien mal engagée…

Écoutez ce qu’en dit Damien

Pour autant, passé le décalage horaire, il a fallu se remettre au travail, mais peut-être avec des objectifs un peu différents par rapport à ceux qu’ils étaient en début de saison. Puisque pour le classement général, ça va être compliqué cette année. Après les deux premières manches, Damien pointe à la 46e place du général avec 160 points à plus de 600 points d’Adrien Dailly. Il va donc gérer sa saison différemment.

Avant de partir, au moment de cette interview, il regrettait les changements de formats des enduros. Mais comptait bien sur Madère pour se remettre dans le bain pour la saison. Hier soir, à l’issue des recos, il disait que les spéciales étaient belle, qu’il avait pris plaisir à rouler. « Les spéciales sont belles mais très dures physiquement et techniquement donc il faudra être intelligent et pas s’enflammer ! »

On en saura plus dès ce soir, Damien roulera les spéciales de ce samedi à partir de la mi-journée.

Le profil du premier jour de course.

Le profil du premier jour de course.